Le quartier La Chapelle à Paris (Goodman/LNP/Shutterstock/SIPA )

Dans le quartier de La Chapelle-Pajol (18e arrondissement), dans le nord de Paris, où affluent les migrants, les femmes ne pourraient plus sortir seules sans essuyer des propos sexistes. C’est ce que rapporte "le Parisien" de ce vendredi, qui cite plusieurs riveraines insultées voire agressées.

Réflexions obscènes, bousculades, voire agressions : depuis des mois, selon les témoins du quotidien, le quartier serait devenu invivable pour les femmes – un point de vue nuancé par d’autres, comme cette habitante "jamais harcelée", mais qui décrit le quartier comme un concentré de misère sociale.

La maire de Paris a répondu ce soir au reportage du "Parisien" par une série de tweets.

Harcèlement de rue à #Pajol : @Paris et @prefpolice ont identifié cette problématique depuis plusieurs semaines et sont déterminées à agir.

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 19 mai 2017

Anne Hidalgo indique que la mairie de Paris et la préfecture de police "ont identifié cette problématique (du harcèlement de rue dans ce quartier) depuis plusieurs semaines et sont déterminées à agir".

"A court terme, nous allons augmenter de façon importante les contrôles de police, tout au long de la journée. A moyen terme, nous mènerons des actions de sensibilisation et de prévention à l’attention de l’ensemble des acteurs locaux."

Elle précise qu’est "notamment prévu l’aménagement et l’animation de l’espace public sous la ligne 2 du métro [autour de la station La Chapelle, où le métro est aérien, ndlr]", qui seront confiés au collectif Civic-Line.

Réunion avec le procureur de Paris et les maires

Le sujet de la discrimination envers les femmes "sera abordé lors d’une réunion" avec le procureur de la République François Molins et les maires d’arrondissement mercredi 31 mai. "Nous étudierons à cette occasion la possibilité de créer un groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) dédié" au quartier. Un GLTD a pour objectif une meilleure coordination des services de police et de justice.

La maire de Paris promet que "avec la préfecture de police, notre volonté est claire : dès les prochains jours, les premiers résultats doivent être visibles".

Selon un communiqué de la préfecture au "Parisien", "10 opérations spéciales ont lieu de façon hebdomadaire depuis janvier 2017 et ont permis l’éviction de 27.000 personnes et l’interpellation de 1.161 individus. Cet effort sera poursuivi avec la plus grande détermination et sera prioritairement axé sur le secteur Pajol afin de faire cesser ces actes de discrimination inadmissibles à l’égard des femmes."

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, s’est rendue ce vendredi à la Chapelle, avec la conseillère régionale et candidate locale des Républicains aux législatives Babette de Rozières et Marie-Pierre Badre, conseillère régionale et déléguée régionale à l’égalité hommes-femmes.

Valérie Pécresse annonce confier à cette dernière une "mission sur la place des femmes dans l’espace public contre la ségrégation" et en appelle au président de la République.

J’ai confié @mpbadre une mission sur la place des femmes dans l’espace public contre la ségregation @LeParisien_75 https://t.co/Ayc0xvbu41

— Valérie Pécresse (@vpecresse) 19 mai 2017

T. N.